DOCTR'in n° 122 - Juin 2016

« Vous avez vécu pendant dix ans au milieu d’un chantier de construction. La bonne nouvelle, c’est que les travaux de structure sont maintenant terminés : les systèmes de plomberie et de chauffage sont désormais en bon état ». C’est par ces mots que Hans Hoogervorst a illustré, en ouverture de la Conférence de la Fondation IFRS à Zurich, le regard qu’il porte sur le chemin parcouru ces dernières années.

A l’aube de son second mandat en tant que Président de l’IASB, il a indiqué quelle sera la ligne directrice principale des cinq prochaines années : l’évolution des normes IFRS pour une meilleure communication financière.
Dans cet objectif, les projets actuels Disclosure Initiative et Materiality Practice Statement trouvent toute leur place. Ils devront sans doute être complétés par des réflexions sur le format des états financiers et la mesure de la performance, et les agrégats les plus couramment utilisés, comme le résultat opérationnel ou l’EBIT, pourraient être définis.
Ces évolutions devraient intégrer les nouveaux besoins de reporting électronique, et l’IASB s’interroge sur le rôle qu’il devrait jouer dans la définition du reporting non-financier.

Si les prochaines années ne devraient pas être rythmées par des projets d’ampleur similaire à ceux qui viennent de s’achever, elles devraient conduire à des évolutions plus subtiles des normes, dont il ne faudra pas négliger l’importance.

Documents à télécharger

Partager